The Division

audio

 

 

Nous l’avions découvert à Paris, et c’est avec impatience que nous attendions de voir la version finale. Comme d’habitude, nous baserons cet article sur l’avis de nos testeurs, ainsi que mon expérience puisque j’ai passé les 3 dernières semaines dessus.

Avant tout, une information essentielle : c’est un jeu en ligne ! Il vous faudra une connection internet, un abonnement Xbox Live ou Playstation Network sur votre console, que cette dernière soit bien connectée à votre box internet (direct ou WIFI) et un compte Uplay, le compte chez Ubisoft. Sans ces quatre éléments, le jeu ne démarrera même pas puisqu’il n’y aucun contenu hors ligne.

the-division - jaq Développeur Massive Entertainment 
Editeur Ubisoft
Type Action / MMO
Date de sortie   08 Mars 2016 
Classification 18 ans et plus

The Division est donc une nouvelle licence d’Ubisoft dans la série des jeux “Tom Clancy” comme les Rainbow Six. Initialement fondée par le célèbre auteur de romans d’espionnage, ce studio de jeu vidéo racheté par Ubisoft a continué à éditer des jeux scénarisés par l’auteur.

C’est un jeu qui tente de réunir deux communautés : les amateurs de jeu de tir puisque c’est un TPS (tir à la 3ème personne) et ceux de MMO (jeux massivement en ligne). On retrouve des éléments des deux que nous développerons dans la partie jouabilité.

Et l’univers peut faire froid dans le dos dans cette période agitée par le terrorisme : Un généticien a créé un super virus basé sur la variole, combiné génétiquement à d’autres pour le rendre plus mortel et résistant, avant de le diffuser en imprégnant des billets lâchés durant le Black Friday (le plus important jour de soldes aux US). C’est une hécatombe et en quelques semaines le monde s’effondre sur ses bases.

Il alors temps d’activer la Division, des agents dormants – vos amis, voisins, collègues ou votre boulanger – surentrainés pour rétablir l’autre quand tout le reste à échouer. Vous incarnez l’un de ces agents dans New York et vous devez restaurer la ville et découvrir ce que cache ce désastre.

 

audio

L’interface

 

Petite déception sûrement liée au fait que le jeu soit plus ciblé, l’interface de démarrage et en jeu fait un peu plus appel à l’écrit que celles auxquelles Ubisoft nous avait habitué.

Du coup, prévoyez de démarrer le jeu avec une personne lectrice et gardez là sous le coude un moment, car le jeu est exigeant et il vous faudra surement un apprentissage de l’interface et du système avant de vous lancer seul. Nous verrons cela dans la partie suivante.

Il y a bien sûr les habituels écrans de réglages : ici c’est le choix de la langue et de la luminosité, totalement écrits sans symboles. Mais la touche A de votre manette Xbox (ou X sur PS4) reste votre meilleure amie. Validé et passez l’étape si vous ne la maîtrisez pas. Vous arrivez ensuite sur l’écran de démarrage, écrit sans icône là encore, mais validez et cela démarre votre dernier personnage ou en créé un.

Une vidéo vous explique la situation : c’est le chaos à cause d’un généticien fou !

Vous vous lancez alors avec tout d’abord une personnalisation de votre avatar : visage, coiffure, accessoires… un incontournable dans les MMO pour éviter d’avoir votre double partout où vous allez. Ici elle est limité à 5 ou 6 choix par catégorie, surtout pour les grands traits (asiatique, européen, africain…) mais c’est assez pour ce type de jeu et bien fait alors on prend !

Souci, tout est écrit, sans icônes et sans mon aide, l’équipe reconnait qu’elle aurait eu du mal à en sortir.

the-division5   the-division9

En jeu, l’inteface se veut discrète et futuriste. L’image de gauche vous montre le menu et vous constatez que l’écrit domine encore. En haut se trouve les points collectés par type (sécurité, santé, électricité). Il y a des codes couleurs qu’on retrouve dans tout le jeu : le orange marque les points d’intérêt, le jaune pour les activités liées à l’énergie, le vert pour celles liées à la santé, bleu foncé pour la sécurité, bleu clair pour les alliés et missions secondaires…

L’image de droite vous montre l’inventaire, essentiel dans un MMO puisque votre puissance dépendra de votre équipement que vous pourrez fabriquer vous-même. Vous avez trois caractéristiques primaires : la puissance de tir, la vie et la puissance des compétences. En faisant varier votre équipement, vous augmentez l’un ou l’autre. La qualité d’un objet est représenté par sa couleur : gris, vert, bleu, violet ou orange. Plus l’objet est de bonne qualité, plus il apporte de bonus.

the-division8   the-division7

Toujours venant des MMO, en plus de l’équipement, vous avez des compétences, toujours liées aux 3 domaines : santé, assaut, sécurité. Vous avez jusqu’à 12 compétences accessibles, mais vous ne pouvez en choisir que 3 à la fois. Dans les menus secondaires, les icônes refont leur apparition et c’est tant mieux, mais l’explication détaillée des compétences est expliquée. Chaque compétences aura ensuite 3 “mods” qui permettront de déclencher des effets secondaires. Par exemple, vous avez le soin qui peut soit toucher tous les amis mais moyen, soit un seul mais puissant.

Si on ajoute les talents, on arrive à de très nombreux choix pour personnaliser votre personnage et en faire un panaché entre les capacités de soin, de défense ou d’assaut.

Pour ce qui est l’interface de jeu, vous voyez sur l’image de droite qu’elle est discrète, mais complète : un radar en haut à droite, les infos – écrites encore – sur l’objectif en court, vos données toujours à côté de vous : vie, objets disponibles, compétences actives… et enfin les infos sur vos partenaires tout à droite. On voit également sur chaque ennemi proche sa barre de vie, sa spécialité (fonceur, lanceur de grenades, mécano, sniper…) et son niveau.

the-division3  the-division4

Pour se repérer, vous avez accès à une carte de la ville comme celle à gauche. Elle est très graphique, tout est représenté en icônes avec les codes couleurs et donc facile à s’y retrouver. Il suffit de cliquer sur une mission pour avoir le briefing audio lié et mettre un GPS qui vous mènera sous la forme d’un fin fil orange dans les airs une fois en jeu. Vous voyez sur la carte de droite l’ensemble des missions possibles… il y a de quoi faire !

audio

La jouabilité

 

Attaquons le jeu en lui-même. Vous commencez par un tutoriel qui vous explique les bases : premier constat, l’objectif est bien indiqué (point orange clignotant à l’écran) et votre ordinateur de bord vous indique quoi faire, alors restez attentif.

Par contre un gros problème, il va vous dire “Allez au marqueur”, mais ce qui vous est demandé, c’est de vous mettre à l’abri. Et ça, on vous dit comment faire par écrit. Sinon on retrouve la simplicité du système Ubisoft : une touche, une action, pas de combinaisons compliquées.

Sur X box One c’est A pour vous planquer, B pour monter, Y pour passer d’une arme à l’autre, X pour charger l’arme active, bouton droit ou gauche pour activer les compétences, croix directionnelle pour le soin d’un coté et les grenades de l’autre, et pour les sticks c’est classique : gauche pour se déplacer, droit pour orienter la caméra… Il faut apprendre par coeur pour les non lecteurs, pratiquer un peu pour s’habituer et c’est bon.

On vous demande de tester tout ça et quelques constats tombent :

  • pour Zelda “le viseur est blanc et sur la neige c’est pas pratique et on le voit pas bien. Le fil du GPS aussi est très fin”, car il a des problèmes de vue et effectivement, le pointeur de l’arme ou le fil du GPS est parfois difficile à repérer, encore plus s’il neige. Heureusement, si on pointe dans la direction d’un ennemi, la visée aidée permet de toucher assez facilement.
  • pour Matboss “la minicarte, c’est un radar, on voit pas bien où ils sont, j’aime moins”. En fait, comme dans d’autres jeu de tir, c’est un radar de proximité. si l’ennemi est loin, la bordure est rouge, s’il est proche un angle du radar est rouge, s’il est sur vous, le rond central est rouge. Ce n’est pas toujours facile d’interpréter ce signal, il faut une bonne vision spatiale pour se dire que si c’est rouge en bas du radar, c’est que vous avez un ennemi dans le dos puisque vous êtes le centre du radar. Et la plupart se sont fait surprendre par derrière faute de comprendre ce système.
  • pour Nico, même si les actions sont simplifiées, il faut tout de même jongler entre les actions et bouger, viser, tirer, changer d’arme, se soigner, garder un oeil sur le radar pour ne pas se faire contourner… c’est le côté “confus” du conflit où il faut être très réactif. “Moi je prèfère foncer et tirer comme dans Call of Duty, on peut aussi attendre et tirer de loin” ajoute Nico. C’est ce qu’on avait ressenti à Paris

the-division11

Les combats sont donc très dynamiques et parfaitement intégrés à l’environnement. Il faut utiliser les protections, les ennemis vous encerclent et se cachent bien également. L’IA (intelligence artificielle) est bien faite et les ennemis ont des comportements crédibles, sauf quand ils ont décidé de poser une bombe sur une caisse et viennent chacun leur tour s’y coller, quitte à se faire descendre. En tout cas, si on enchaîne les combats, l’impression de répétition ne se fait pas trop sentir, car les défis sont variés.

Plus vous avancerez, plus les ennemis seront spécialisés, organisés et difficiles à battre. Les missions vous mettront en plus face à des “boss” bien costauds. Vous avez différents types d’armes en fonction de la distance de tir : sniper pour tirer de loin, mitrailleur pour le mi-distance et enfin pistolet pour le corps à corps. Voilà pour la partie TPS, passons à la partie MMO

the-division15

Sinon, le jeu est un faux monde ouvert. La carte est accessible, mais si vous sortez trop de la zone à votre niveau, vous avez intérêt à faire profil bas et encore, vous ne ferez pas de vieux os.

On retrouve les mécanismes Ubisoft : vous entrez dans un secteur, débloquez la planque de la zone (comme les tours dans les Assassin’s Creed) pour faire apparaître sur votre carte les missions secondaires ou donnant des points de sécurité / santé / énergie. En finissant la zone vous montez en niveau, de quoi passer à la zone suivante. C’est donc assez directif, mais bien amené et on le sent peu.

the-division12

Ces points acquis en mission spéciale vous servent à débloquer des compétences et talents dans votre base principale. Vous gagnez des points de santé avec les missions vertes par exemple, vous les utilisez pour débloquer une partie de l’aile médicale de votre base – pharmacie, aide pédiatrique… – ce qui vous donne accès à de nouveaux bonus, talents et compétences pour votre personnage.

the-division13

De plus, dans votre base, vous pouvez faire le plein de munitions et grenades, faire le tour des marchands ou vous fabriquer une arme ou pièce d’armure avec les matériaux cachés dans les boutiques de la ville. Chaque nouveau niveau ou mission menée à terme vous débloque des plans d’objets à fabriquer. Ouvrez l’interface, choisissez l’objet et fabriquez. Rien de plus simple. Les bonus obtenus sont aléatoires et modifiables si vous débloquez l’établi de recalibration dans l’aile technique (jaune).

Dernier point, et pourtant important, The division est un jeu en ligne. Il faut être connecté, mais ça permet de jouer avec et/ou contre d’autres joueurs. Les missions principales sont difficiles à réaliser seul, mais pas impossible puisque le nombre d’ennemi dépend du nombre de joueurs dans le groupe. Donc il est préférable de s’allier avec d’autres pour être plus efficace. Vous pouvez jouer jusqu’à 4 dans un groupe et, si vous avez un micro, vous pouvez discuter entre vous.

Le problème, c’est que les serveurs sont mondiaux, donc vous tomberez souvent sur des personnes qui ne sont pas françaises. Le seul moyen de s’en sortir est de jouer avec vos amis enregistrés sur votre console ou d’ajouter les français que vous croisez en ami.

the-division14

Enfin, il y a cette grosse zone rouge et vide au centre de la carte : la Dark Zone où survivent les infectés, les rôdeurs, les nettoyeurs et qui sait encore quoi. Et surtout, tout est permis dans cette zone, y compris tirer sur les autres joueurs pour leur voler leur matériel ! C’est une zone de guerre avec des combats encore plus dynamiques puisque ce sont des joueurs, plus des IA, même si on en trouve dans cette zone, bien plus fortes que celles de la zone “normale”.

Attention avant de vous y aventurer, mais si vous tenez, le matériel qu’on y trouve vaut le coup !

 

audio

Les graphismes

 

“Tiens, c’est Rainbow Six ?” demande Matboss le jeu à peine lancé. Comme quoi on y retrouve un style réaliste et moderne bien reconnaissable.

the-division6   the-division10

Le jeu est très beau et pourtant si triste vu la devastation alentour. Les portes des voitures claquent lorsque vous vous y collez en vitesse pour éviter une balle, les vitres explosent quand vous tirez dedans, les impacts de balle font s’ouvrir le capot de votre abri de fortune… on s’y croirait et ce n’est pas le son en 3D qui viendra le démentir. Si le temps s’y met, avec des tempêtes de neige, on ne voit pas à 2 mètres et il faut combattre au jugé !

the-division16

Les intérieurs sont encore plus intéressants avec leurs éclairages tamisés, des zones d’ombres importantes, votre vision à l’écran qui prend quelques secondes pour s’accoutumer à la pénombre d’un immeuble quand on vient de la rue ensoleillée… C’est encore plus réaliste et on a beaucoup aimé.

 

audio

L’ambiance sonore

Tout d’abord, le jeu est en français texte et voix. Il est possible de mettre les sous-titres et chaque mission est accompagnée d’un petit briefing audio. Ca aide à suivre l’histoire.

Il y a quelque chose qui fait qu’une bande son est bonne, c’est qu’on ne l’entend pas. Elle vient appuyer les moments d’action en renforçant l’effet de danger, mais on est tellement captivé par l’action qu’elle passe inaperçu. C’est parfait pour ce type de jeu.

Ce qui prédomine, c’est “« AK-47, l’arme préférée de vos putains d’ennemis, ça fait un tacatac très typique, surtout quand on vous allume! » comme dirait Clint Eastwood dans le Maître d’arme… tout une poésie.

Notez que la gestion du bruit à son importance. Si vous tirez ou faite du bruit dans une zone, ça peut attirer plusieurs groupes d’adversaires des rues alentours. Une grenade peut déclencher l’alarme des voitures avec le souffle…

 

audio

Notre avis

 

 

Le jeu a divisé l’équipe, et la note s’en ressent forcément. Pour les amateurs du style jeu de tir ou d’action, Matboss, Nico et moi-même, c’est un très bon jeu. Il reste accessible dans le sens où la visée doit être précise, mais on s’en sort en général. 

Pour les autres… il y a une phase d’apprentissage conséquente et beaucoup d’informations écrites et c’est venu à bout de la patience de certains qui ont rangé le jeu dans la case des “trop dur à jouer pour moi.” C’est le cas de Pat ou Jukebox pour qui les apprentissages complexes ou longs sont bloquants.

Donc un très bon jeu en soit, mais à réserver aux amateurs du genre.

En parlant de ce point, Ubisoft créé un genre hybride entre TPS et MMO. Mais du coup, il est à mi-chemin des deux. Les inconditionels de jeu de tir hurleront au manque de réalisme sur le fait qu’il faille 400 balles pour venir à bout d’un “boss”. Les inconditionnels du MMO trouveront que le scénario de fond est un peu léger, comme un premier film de trilogie qui camperait le décor. Le système de création et la quantité de mission est aussi un peu léger face à un MMO.

Bref il faut être bien conscient de cet “entre-deux” pour apprécier pleinement le titre et savoir que si on a des difficultés ou handicap, il faudra de l’apprentissage avant de maîtriser la bête. Si cela ne vous rebute pas, ne loupez pas ce jeu !

 

audio

Et si j’ai un handicap visuel ?

1 - vue

Les indications à l’écran sont claires, les objectifs et indications en orange aident à savoir quoi faire, de même avec les codes couleurs : si c’est vert, c’est que ça touche à la partie santé de la base.

Par contre, le viseur discret, blanc sur font neigeux, ça n’aide pas. Il est petit, sauf si vous avez une lunette de visée. Pour un jeu de tir c’est tout de même très gênant. Regardez quelques vidéos du jeu pour vous faire une idée avant de foncer.

 

audio

Et si j’ai un handicap auditif ?

1 - sourd

Vu les explosions fréquentes, ce ne devrait pas trop être un problème. La plupart des éléments sont décrits en audio et il est possible de mettre les sous-titres pour ne rien louper. Matboss reste fan.

audio

Et si j’ai un handicap mental ?

1 - mental

Les actions sont relativement simples. Il faut enchainer les actions : je me cache, je choisis l’arme suivant la distance et je tire. On répète en changeant de cachette suivant la situation. Comme c’est une touche, une action, cela reste abordable.

Les mécanismes du matériel avec bonus, de la fabrication d’objet et du choix des compétences pour équilibrer le personnage sont plus compliqués. Mais je pense que ça reste jouable avec un personnage bancal.

C’est donc surtout l’apprentissage de l’ensemble qui va poser problème puisque si la personne est non lectrice, il faudra lui expliquer et apprendre chaque action.

audio

Et si j’ai un handicap moteur ?

C’est un jeu de tir et donc d’adresse. Il faut viser des ennemis souvent mobiles avec un stick, se positionner avec l’autre, viser ET tirer avec les deux gagchettes simultanément, changer d’arme ou utiliser une compétence au besoin… c’est un peu dur avec une motricité des mains réduites, comme pour Nico. Mais ce dernier est fan et se débrouille. Accompagné, puisque le jeu peut se faire en groupe, ça doit être possible.

Votre avis nous intéresse ! Quelles difficultés avez-vous rencontré avec ce jeu, ou d'autres ?