Uncharted : The Lost Legacy

audio

Uncharted : the lost legacy est un des rares jeux tenant compte de l’accessibilité. C’est donc l’occasion de voir si c’est la perle rare qui convient à tous les profils de handicap !

 Editeur Sony
 Développeur Naughty Dog
 Type Action / Aventure
 Date de sortie 23 Août 2017
 Classification 16 ans et plus

Oui, pensé pour l’accessibilité puisque comme le Uncharted 4 que nous avions testé l’an dernier, ce jeu tient compte de la collaboration avec  Josh Straub. C’est la personne en situation de handicap qui a créé le blog D.A.G.E.R pour Disabled Accessibility for Gaming Entertainment Rating System. Il a conseillé plusieurs studios et on retrouve donc dans ce jeu un certain état d’esprit et nombres d’options pour rendre le jeu plus accessible.

Mais parlons du jeu d’abord ! Initialement conçu comme un DLC d’Uncharted, c’est finalement devenu un jeu à part entière. Il garde la recette de son grand frère : un duo d’aventurières parties à la chasse au trésor.  Nos héroïnes, Chloé Frazer et Nadine Ross,  tentent de trouver la Défense de Ganesh. C’est une relique indienne à laquelle on prête bien des pouvoirs et la cible d’un illuminé à la tête d’une armée : Asav.

Action, exploration, humour… « C’est comme Indiana Jones » remarque Zizou. En effet, vous n’aurez pas le temps de souffler dans cette aventure d’une petite dizaine d’heure (9 pour nous en trainant). La durée de vie augmente si vous partez à la chasse aux trophées ou trésors cachés partout dans le jeu, mais il vous faudra répéter l’histoire.

Uncharted : lost legacy vous propose différentes phases de jeu :

  • L’exploration puisqu’il vous faudra sauter, escalader, ramper, nager… trouver votre chemin tout au long du jeu. Le jeu n’est pas ouvert, vous devez passer de zone en zone au fil de l’histoire. Une fois une zone atteinte, à vous de trouver le chemin et la méthode pour en sortir. Il y a cependant dans la premier moitié une large zone avec une vingtaine de lieux donnés que vous pourrez visiter dans le sens qui vous convient. 
  • puis les énigmes qui vous demanderons patience, observation parfois adresse et rapidité… et un poil de chance par moment. 
  • et enfin le combat, qu’il soit au corps à corps ou plus souvent à distance à grand renfort d’armes à feu et explosif. Bien sûr vous pouvez tenter l’approche furtive et éliminer les ennemis un par un, mais il vous faudra un bon sens de l’observation et d’anticipation pour frapper au bon moment, quand l’ennemi est seul et que personne ne vous regarde.

          Bien souvent, avant de pouvoir explorer une zone, il vous faudra la nettoyer des ennemis qui y rôdent.

L’univers de Uncharted : the lost legacy est original puisqu’il vous emmènera en Inde, au travers de décors sublimes et en vous faisant découvrir la mythologie hindou. C’est beau et dépaysant ! « Hé, mais c’est un Eléphant ! » « On dirait vraiment des personnages » et autres « Ouah, c’est impressionnant le vide ! » ont ponctués la séance de test. C’est ce qui marquera le plus l’équipe.

Je n’évoque pas une partie pourtant importante du jeu, les modes en ligne. En effet, nous n’avons pas une connexion suffisante, ni de compte PSN qui ne rentre pas dans notre budget.

Sachez cependant qu’il existe un mode survie où vous affrontez des vagues d’ennemis avec vos amis ou un allié géré par l’ordinateur. Vous pouvez améliorer et personnaliser votre personnage en lui achetant du matériel ou des skins, en argent réel ou avec la monnaie en jeu gagnée au fil des parties si vous êtes patient.

Il y a également un mode multijoueur ou vous pourrez affronter d’autres joueurs une fois que vous vous sentirez d’attaque après un bon entrainement solo en mode survie.

Mais parlons maintenant accessibilité et adaptation puisque pour une fois il y a beaucoup à dire, et du bon !

 

 
audio

 Si j’ai un handicap visuel ?

1 - vue

Nous sommes dans un jeu d’aventure qui va donc vouloir vous plonger dans une histoire en suivant des personnages… pas de places pour ce qui pourrait vous distraire. L’interface est réduite au strict minimum et il est même possible de la désactiver complètement.

   

Interface minimaliste donc en phase de combat, vous voyez :

  • votre réserve de grenade ou de C4 verticalement à gauche,
  • puis l’arme active au milieu, on en change avec le carré de flèches. Vous avez une arme de poing et un fusil long.
  • et enfin les munitions disponibles, la barre se vidant à mesure que vous les utilisez.
  • Pas de jauge de vie, lorsque vous êtes blessé l’écran commence à montrer des tâches rouge. Il finit par se griser, signe que vous êtes sur le point de mourir au prochain coup. Il suffit de rester à l’abri quelques secondes pour que tout revienne à la normale.

Comme vous le voyez sur l’image au dessus, les ennemis peuvent être marqués d’un petit triangle au dessus de la tête (viser et appuyer sur le stick gauche) pour que vous les repériez de loin. Marquez-les avant de foncer dans la mêlée. La taille du viseur change en fonction de l’arme et devient rouge quand un ennemi est visé. Dommage que l’option de marquage ne soit pas automatique, elle aiderait la visibilité des ennemis.

Une interface qui veut se faire oublier au point de ne pas être très visible. N’hésitez donc pas à utiliser l’option de visée automatique si c’est trop petit pour vous. Ca vous simplifiera grandement la vie.

Il n’y a pas d’option visuelle particulière, en dehors de la luminosité et la taille globale de l’écran. Pas d’option pour le daltonisme donc, mais l’interface étant tellement anecdotique que ça n’a pas sembler nécessaire. Pourtant le rouge est assez présent.

Par contre, on peut noter une option pour régler le flou cinétique qui réduit la gêne que peut générer les mouvements de caméra, car vous sauterez souvent dans tous les sens !

   

Pour ce qui est des indications à l’écran, la taille est standard, même si les explications détaillées ont tendances à être écrits dans une police plus petite que le texte principal du menu.

Les touches à l’écran apparaissent bien dans la couleur des touches de la manette, c’est donc un bon point pour se repérer. l’écran de rappel des commandes reprend toutes les adaptations que vous aurez pu faire, comme inverser des touches, modifier les réglages par défaut… donc on a un rappel efficace des touches en cas de besoin sans refaire les menus.

audio

 Si j’ai un handicap auditif ?

1 - sourd

 

Nous n’avons pas noté d’adaptation particulière dans les options pour les troubles auditifs en dehors des sous-titres, et pourtant, le jeu est assez facile d’utilisation sans son.

En effet, les sous-titres sont présents et chaque passage précise la personne qui parle. Vous pouvez donc suivre les différents dialogues des cinématiques sans être perdus.

Les indications et le didacticiel s’affichent par écrit. Par contre, lorsque vous avez du mal à trouver votre chemin, votre compagnon, Nadine Ross en général, vous donne des indications à l’oral.

De plus, il y a de nombreux indicateurs autres que sonores :

  • Par exemple, une fois que vous aurez trouvé l’artefact qui indique les trésors, votre manette se met à vibrer quand vous passez près de l’un d’entre eux.
  • Lorsqu’un ennemi vous a dans son champ de vision, un gros indicateur apparaît au dessus de sa tête, blanc d’abord, puis jaune quand il a un doute et enquête et enfin orange quand il donne l’alerte.

Le jeu semble donc réalisable sans son aux vues des indicateurs visuels.

 

audio

Si j’ai un handicap mental ?

1 - mental

 

L’une des difficultés principal est la lecture qui n’est pas toujours facile ou maîtrisée pour ce profil de joueur. Et pourtant, nous retrouvons comme bien souvent des menus écrits pour tous les réglages. Heureusement, ils n’ont que deux niveaux de profondeur, donc on ne s’y perd pas. Il vous faudra donc de l’aide pour les réglages.

Notons que l’une des premières choses qui vous est demandé, c’est votre niveau dans ce genre de jeu  : de novice à compétiteur. Ce choix règlera automatique certaines options d’aide, comme le choix du niveau de difficulté. Cela peut vous éviter de demander à quelqu’un de régler pour vous.

  

Vous n’aurez aucun problème à suivre l’histoire vu que toutes les voix sont en français. Notons également que vous êtes toujours accompagnées de Nadine Ross.

Les développeurs l’utilisent donc comme une aide : elle vous donnera des indications sur quoi faire, elle se dirigera vers la sortie si vous cherchez trop longtemps, elle tuera une partie des ennemis à votre place… plus vous choisissez un niveau débutant, plus elle vous aidera. Nous avons testé le niveau narratif et le niveau intermédiaire et il y a une vrai différence. Dans le premier cas, Nadine à assommé une bonne partie de vos ennemis lors du premier combat.

A moins de considérer le mode survie comme un mode d’entrainement, tous les mécanismes de jeu vous sont montrer en début de partie : se mettre à couvert, frapper, tirer, ouvrir une porte… mais ce n’est expliqué que la première fois et par écrit.

Bien trop souvent, les développeurs considèrent certaines actions de jeu comme évidentes et n’expliquent pas. Pourtant il y a des aides : par exemple, Chloé tend le bras dès qu’une prise est à portée quand elle saute. C’est donc facile, « on ne saute pas tant qu’elle ne lève pas la main ». Ou quand il s’agit s’escalader, il suffit de repérer les bords un peu plus blancs comme sur la photos, c’est par là qu’il faut passer.

Tout cela, j’ai dû l’expliquer oralement à l’équipe qui c’est ensuite facilement débrouillée. Comme quoi donner les aides est toujours mieux.

Uncharted offre donc des aides à la visée, à la conduite et il vous donne des indications quand vous vous perdez. Par exemple dans l’image ci-dessus, il vous donne un indice sur le passage de sortie. Le jeu est donc abordable pour les parties explorations et combat. Mais il reste les énigmes.

      

Sur certaines énigmes, vous serez aidé par les indications de Nadine. Mais pour les puzzles ou les salles avec les statues, c’est de la logique pure. Nous n’avons pourtant pas vu de moyen de les éviter ou de laisser Nadine la faire pour vous. Ce sera donc un problème si vous avez du mal à résoudre ce genre de chose. Patience et chance seront vos alliés. Sinon, harcelez quelqu’un de votre entourage pour vous le passer. Il n’y en a que quelques uns.

 

audio

Si j’ai un handicap moteur ?

 

Uncharted : the lost legacy ne propose pas de profil tout faits ou un menu de réattribution directe des touches. Par contre, vous avez des menus qui vous permettent de personnaliser indépendamment des éléments :

  • où mettre la corde,
  • latéraliser les commandes de tir/combat pour combattre d’une main,
  • inverser les stick pour jouer de la main gauche ou droite
  • coupler la vue et le déplacement pour n’utiliser qu’un stick
  • régler l’aide à la visée en combat : réglée à 10, dès que vous appuyez sur la gâchette, ça cible la tête de l’ennemi le plus proche.
  • maintenir une touche au lieu de la matraquer dans les actions de force.

Toutes ces choses réglées, vous pourrez jouer d’une main sans la fatiguer en matraquant. On ne peut régler la sensibilité des sticks, mais les aides compensent.

  

Mais malgré tout cela, le jeu demande tout de même de la finesse et de la coordination de mouvement. Quand vous n’avez que quelques secondes pour sauter, qu’il faut esquiver un coup ou ouvrir une serrure, ces actions demande de la dextérité.

L’exploration particulièrement vous demandera de la finesse de mouvement pour viser le bon endroit. Matboss, pourtant habitué des jeux d’aventure, s’est trouvé en difficulté sur certains passages. Et ce malgré les indicateurs sur le chemin à prendre. « C’est pas grave, je vais l’avoir ! » Heureusement, il est obstiné. « Y a beaucoup d’escalade, faut bien viser ou on tombe » précise Mario. « C’est une belle acrobate, mais ça va être difficile » ce qui nous rassure cependant sur la fluidité des mouvements de ces dames.

 

audio

Notre avis

 

Ne boudons pas notre plaisir, Uncharted : the lost legacy est magnifique, dépaysant, grandiose dans ses décors. Pour ça l’équipe est unanime. Les cinématiques s’enchaînent parfaitement avec les phases de jeu. Le jeu des acteurs est très bon, l’histoire entre les personnages intéressante et bien travaillée et le doublage des voix est excellent. Les musiques appuient bien l’action en se faisant oublier, gage de qualité également.

   

Bref on en a pris plein les yeux et on aime ça !

   

Mais ce que nous retiendrons surtout du jeu, c’est qu’on a pu progresser normalement et sans trop de frustration vu qu’on redémarre de quelques mètres en cas d’erreur. Tout ça grâce à quelques options clés qui changent la vie : caméra couplée à la vue, visée automatique, indications intégrées dans les dialogues… c’est sûr que ça va faire pleurer un harcore gamer, mais même notre geek attitré, Malboss, a aimé ces aide pour profiter de l’histoire.

Alors oui on est tatillon, car on ne veut oublier personne. L’équipe aurait apprécié des sous-titres intégrant l’environnement sonore. On aurait aimé un tutoriel très explicite et répétable hors jeu pour s’entraîner. On aurait voulu des options de contraste et pour les daltoniens… mais on peut dire que Uncharted : the lost legacy fait tellement d’effort pour être jouable par le plus grand nombre qu’on lui pardonne… jusqu’au prochain !

 

Review Scores

6.5
  • Visuel - 6
  • Auditif - 7
  • Cognitif - 6
  • Mobilité - 7

Votre avis nous intéresse ! Quelles difficultés avez-vous rencontré avec ce jeu, ou d'autres ?