Assassin’s Creed Valhalla – notre test accessibilité

Lecture intro

Cette année ne nous aura vraiment pas facilité la vie ! Pour rappel, notre équipe se rassemble au sein d’un foyer d’hébergement de la région lilloise. Et avec les mesures sanitaires, se réunir en soirée est devenu impossible depuis des mois. Une seule séance en janvier sur les 7 derniers mois… C’est donc avec joie qu’on a repris nos tests il y a deux semaines !! On a donc beaucouuuuup de retard à rattraper. Alors on reprend avec Assassin’s Creed Valhalla !

TypeAventure / Action
EditeurUbisoft
DéveloppeurUbisoft Montréal
Date de sortie10 novembre 2020
Classification 18 ans et plus

C’est une licence très appréciée dans l’équipe et vous trouverez nos tests sur les précédents titres : Odyssey, Origins et Black Flag. D’ailleurs, nous finirons par un petit bilan de l’évolution de la licence, sur le plan de l’accessibilité bien sûr.

Chaque épisode de la série nous plonge dans une nouvelle période historique. Cette fois c’est l’univers nordique des vikings et de leur installation agitée en Angleterre. On découvre l’histoire d’Eivor, qu’on choisisse de le jouer comme un personnage masculin ou féminin ou… les deux en alternance. Depuis son enfance dans les terres nordiques jusqu’à sa participation à la conquête de terres en Angleterre, vous allez découvrir le monde et les coutumes des vikings du 9e siècle.

Depuis 13 ans, la saga des Assassin’s Creed nous fait découvrir les périodes historiques et culturelles. Mais depuis les 3 derniers titres, une nouvelle dimension est apparue : le contexte mythique. AC Valhalla vous fait donc également découvrir les dieux et croyances nordiques, comme on l’avait fait avec les mythologies grecques et égyptiennes sur les deux opus précédents.

Sur le jeu en lui même, on reste sur les bases solides de la licence. En effet, c’est un jeu en monde ouvert que vous explorez au rythme d’une histoire principale et de quêtes annexes qui vous feront explorer l’univers. Les défis et objets à collecter vous feront découvrir différentes de façons de jouer. Sans être essentiels, ils servent surtout à vous plonger dans l’époque et visiter les vastes environnements

On peut regrouper les activités proposées dans Valhalla trois domaines particuliers.

L’action et le combat ont la plus grande place, vous n’y échapperez pas. A la tête de l’équipage de votre drakkar, vous pourrez lancer des pillages dans les villes croisées. Ce sont des batailles frontales, le but étant d’éliminer tous les occupants. Dans un autre style, l’infiltration est également très présente. Vous devrez alors vous faufiler dans les camps ennemis à la recherche de votre cible, que ce soit un objet ou une personne à abattre. Et enfin il y a les combats en un contre un face à une créature mythique ou un ennemi bien plus costaud et complexe. Il faudra bien s’équiper et observer sa façon de se battre pour en venir à bout.

L’exploration est la deuxième grande famille d’activités. Comme souvent dans les jeux Ubisoft, votre progression se fera par zones qui correspondent à votre niveau. Que ce soit en suivant l’histoire, par curiosité ou envie de tout collecter, la mécanique du jeu vous fera faire des aller-retour dans ces zones. Dans d’autres jeux Ubisoft, on ressentait vraiment la mécanique : arrivée dans une zone, déblocage de mission par des points précis – les fameuses « tours » – et nettoyage en règle avant de passer à la zone suivante. Dans Assassin’s Creed, c’est bien moins flagrant et surtout ce n’est plus obligatoire.

Enfin, on a identifié toutes les activités d’optimisation et de gestion héritées du jeu de rôle. C’est la personnalisation du jeu pour en faire votre expérience unique. On retrouve surtout cet aspect dans la gestion du personnage et de sa colonie. Pour le premier point, il s’agit de personnaliser votre façon de jouer avec l’arbre de compétence et le matériel qui correspond à votre style. Mais pour ce faire, il va falloir combattre, pour l’expérience, les ressources et le matériel trouvé pour toujours plus affiner et améliorer.

Assassin’s Creed Valhalla est donc un jeu très riche et complet offrant des dizaines d’heures de jeu. Mais qui dit grande variété et gros investissement en temps, dit forcément de très nombreux domaines à maîtriser. Vous le savez certainement, c’est le type de jeu qui ne convient pas à tout le monde. Habileté dans les combats, repérage dans un vaste univers 3D, capacité à prévoir l’évolution d’un personnage…

Il faut donc des bases pour trouver son plaisir dans ce type de jeu. Alors comment AC Valhalla nous facilite-t-il la vie ? On va voir ça tout de suite !

Lecture intro

Et si j’ai un handicap moteur ?

7 / 10

Pour cette évaluation, nous avons profité de l’avis d’un expert de choix : Kousha, membre fondateur de l’association Capgame. Il vous montre dans cette vidéo comment faire pour jouer au jeu vidéo, et en particulier à Assasin’s Creed Valhalla, quand on est en grande dépendance physique.

Premier constat, on retrouve l’utilisation par défaut du pointeur de souris pour se déplacer dans les menus. C’est bien et même essentiel sur PC. Ses utilisateurs sont familiers de la souris ou de ses alternatives. Mais sur console, le pointeur se contrôle avec le stick qu’il faut savoir maîtriser finement… ce qui n’est pas toujours le cas pour nos testeurs. Pascal peste encore ! On peut changer cela dans les options, mais encore faut-il arriver jusque là. Dommage que le réglage ne soit pas adapté au support par défaut : curseur sur PC et déplacement par élément sur console. En laissant bien sûr la possibilité de faire l’autre choix en option.

Dès le départ, les options vous offrent une nouveauté intéressante pour les joueurs qui jouent sur PC ou qui ont des adaptations : le jeu gère les contrôleurs multiples. C’est bien sûr le classique souris-clavier, mais on peut imaginer d’autres périphériques qui remplacent la souris. Leur reconnaissance et leur configuration sont donc améliorées dans AC Valhalla et ça c’est une excellente nouvelle pour les joueurs qui ont des troubles moteurs qu’ils compensent souvent par des adaptations.

C’est désormais systématique dans la licence, les options d’Assasin’s Creed Valhalla vous permettent de réattribuer les touches comme bon vous semble. L’intérêt est bien entendu que vous allez pouvoir mettre les commandes essentielles sur les touches que vous maîtrisez et virer les commandes plus gadget ou accessoires sur les touches que vous ne savez pas utiliser. Le souci ici c’est qu’il y a plus de 40 commandes et la plupart importantes pour jouer. Donc si vous maîtrisez peu de touches, ça devient vite compliqué !

Le nombre de touches maîtrisées est donc essentiel. Si vous en avez peu, il vous faudra donc passer par des contrôles externes pour compenser et vous en ajouter. Kousha utilise le vocal, le tracking oculaire et des logiciels externes. Ses vidéos étaient l’occasion idéale de vous montrer comment on peut jouer avec très peu de contacts disponibles. Notez que le tracking oculaire est efficace, mais fatigant et il est difficile de tenir plus de deux heures, même avec de l’entraînement.

Par contre ça implique une cohérence du jeu dans ces contrôles. Par exemple, pour la navigation dans les menus de jeu, la façon de valider un choix peut varier. Parfois c’est d’un clic de la souris, parfois c’est une touche de clavier. Ca multiplie les commandes différentes pour une même action alors que c’est justement ce qu’on voudrait éviter.

Une fois en jeu, il vous faudra interagir avec de multiples éléments. Une touche contextuelle apparaît quand vous approchez d’un élément interactif comme on le voit ci-dessus. Pour les coffres ou les portes verrouillées, on vous demande de rester appuyé au moins 2 secondes sur la touche pour valider l’ouverture. Pourtant, un simple appui sur la même touche suffit pour fouiller un corps ou un objet extérieur. Alors pourquoi ajouter cet appui obligatoire ? Parce que c’est plus immersif ou pour plus probablement pour s’assurer que c’est un acte volontaire ?

C’est peut-être peu, mais cet appui maintenu ajoute de la fatigue inutile – musculaire ou visuelle suivant comment vous réalisez l’action. Cette fatigue peut vite s’accumuler et réduire votre temps de jeu. Sans compter que si comme Kousha vous utilisez le regard pour valider, le moindre mouvement de l’œil un peu fuyant et il faut recommencer.

Il est possible, dans les options, de retirer ces appuis longs dans les QTE ou pour les appuis longs des menus. C’est bien, mais du coup on se demande pourquoi pas pour les coffres/portes ? Pour les QTE et menus, l’option permet de remplacer ces appuis longs l’ouverture d’une fenêtre qui vous demande de confirmer votre action. Donc pour montrer qu’on valide un choix important, c’est soit 2 appuis courts, soit un appui long de 2 secondes. Je ne suis pas sûr que cette option réduise de beaucoup la fatigabilité.

Assassin’s Creed Valhalla propose des aides utiles pour en faciliter l’utilisation. Vous pourrez régler la vitesse de déplacement des sticks sur les axes horizontaux et verticaux avec une variation de 1 à 10, calée sur 5 par défaut. C’est particulièrement important vu qu’on l’a vu, le stick sert en jeu ET dans les menus.

Vous pouvez aussi choisir le degré d’assistance pour la visée qui peut être complète. Il est également possible de faire varier les vibrations de la manette. Enfin, vous pourrez assurer vos assassinats en infiltration ce qui va simplifier les phases où vous êtes seul dans une zone. C’était particulièrement frustrant de louper un assassinat parce qu’on a pas le bon équipement ou la force nécessaire. Un assassinat loupé déclenche l’alerte, ce qui ramène la moitié du camp. Donc cette option va beaucoup simplifier les phases d’infiltration obligatoire dans l’histoire.

Les combats restent bien souvent l’écueil principal pour l’accès à ce type de jeu. Avant Origins, les combats de groupe étaient assez simples à aborder dans Assassin’s Creed. Vous attendiez l’attaque et vous contriez. Le placement était donc moins important puisque vous étiez plus en réaction qu’en action. Avec la refonte du système de combat depuis les 3 derniers titres, c’est bien moins évident. Le combat demande beaucoup plus d’interactions et de se placer.

Bien sûr il y a des aides pour bloquer la caméra sur l’ennemi, savoir d’où vient une attaque distante, dans quel état est l’ennemi avec les barres de vie et de bouclier… Lors des pillages, vous pouvez compter sur l’assistance de votre équipage. Cela permet d’avancer à votre rythme pour vos alliés « retiennent » les ennemis. Il y a également un mode de jeu « Facile » pour réduire la résistance des ennemis. Avec ces options, le jeu reste jouable sur ces phases.

Par contre, les combats contre les « boss » pourront être par contre plus compliqués. En effet, vous êtes en un contre un, ils ont des coups plus forts et des techniques qui changent en cours de combat. Nous n’avons pas été assez loin avec l’équipe pour dire si c’est bloquant vu que ce sont souvent des passages clés de l’histoire.

Attention pour les adeptes du « saut de la foi » quand vous êtes en hauteur. La foi n’est plus ce qu’elle était ! Ce type de saut est moins présent et moins bien identifié, même sur les points de synchronisation. Alors si vous n’y prêtez pas attention, c’est la mort assurée quelques mètres plus bas.

Dans l’ensemble Assassin’s Creed Valhalla offre de bonnes choses : une maniabilité efficace sur les points essentiels, des options d’aide intéressantes, une souplesse dans les commandes à réattribuer… Une bonne note donc, mais sachez que ça reste un jeu qui nécessite de la manipulation, des réflexes et une bonne maîtrise des déplacements en 3D. Kousha nous a prouvé qu’il y a des solutions annexes sur PC. Sur console c’est moins évident et surtout, il y a encore beaucoup de joueurs qui ne se sont pas équipés en adaptation !

Lecture intro

Et si j’ai une déficience auditive ?

7 / 10

Les joueurs déficients auditifs ne sont pas laissés en reste. MattBoss, appareillé auditif, y est très attentif chez nous. Et comme d’habitude, son réflexe est d’abord de regarder les sous-titres dont il dépend beaucoup.

De ce côté, ils sont bien présents par défaut, même si vous n’avez pas pensé à aller fouiller dans les options permettant de les modifier. C’est donc avec des sous-titres de taille moyenne, avec la mention du locuteur et sans fond qu’Assassin’s Creed Valhalla débute. Si je le précise, c’est que les options vont vous permettre de les adapter à votre vue : arrière-plan et 3 tailles possibles. Seul bémol, il n’y a pas de piste en « close captation » qui ajoute au texte des éléments d’ambiance et de ton. Ces indications sont importantes pour le joueur sourd qui ne les perçoit pas autrement.

Enfin, vous pourrez activer l’option « Légende » qui va vous indiquer par un texte et une flèche la direction des éléments hors champ révélés par la vision d’Odin, comme les feux de camp, les trésors…

Si vous votre perte d’audition est partielle, il est possible de modifier le volume des sons par sources et il y a un boost des dialogues pour les rendre plus faciles à suivre.

Les ennemis hors champ qui vous tirent dessus sont identifiés par un indicateur, blanc si ciblé, rouge si le tir est en cours. Un autre indicateur vous signale que vous entrez dans le champ de vision d’un ennemi. L’indicateur est blanc si l’ennemi a juste perçu un bruit. Il devient jaune si l’ennemi a repéré d’où venait le bruit. L’ennemi va donc venir fouiller le secteur. Enfin, l’indicateur passe au rouge si l’ennemi vous a clairement vu. Dans ce cas, il déclenche aussitôt l’alarme. Par contre, notez qu’il n’y a pas d’indicateur des ennemis au corps à corps, mais hors champ de vue. C’est à dire qu’une fois l’alerte déclenchée, vous ne verrez les ennemis corps à corps que quand il sera sur vous.

Le son a son importance dans le jeu, et des éléments d’ambiance vont échapper aux joueurs malentendants, mais nous n’avons pas remarqué de problème qui pourrait bloquer totalement à cause du son. Mattboss n’a en tout cas pas eu de problème au cours de la session de test. Nous comptons sur IOneGeek et la communauté des joueurs sourds pour nous faire savoir s’il y avait des éléments bloquants !

Lecture intro

Et si j’ai une déficience visuelle ?

7 / 10

Pour les joueurs déficients visuels, le bilan est également assez bon. On l’a expliqué plus haut, les sous-titres sont adaptés en taille.

Mais ce ne sont pas les seuls éléments que vous pourrez adapter à votre vue. On va trouver d’autres options bien utiles. Tout d’abord, les filtres daltoniens au nombre de trois, un par type de daltonisme. Ils ne changeront pas les couleurs de l’environnement, mais des interfaces. C’est l’essentiel.

Il y a également une option qui me semble nouvelle, c’est la « caméra proche » qui positionne cette dernière plus proche du personnage. Ce n’est pas une vue à la première personne donc la sensibilité de la caméra ne change pas trop. Sans que la différence soit phénoménale, les éléments sont plus proches et donc plus visibles.

Les éléments d’interfaces sont bien visibles, d’autant plus qu’on peut leur mettre un fond noir pour contraster. De plus, les objets avec lesquels vous pouvez interagir sont assez visibles et une information contextuelle s’affiche lorsque vous en approchez rappelant la touche pour interagir.

C’est encore plus net en utilisant la « vision d’Odin » qui va mettre en surbrillance les ennemis et les éléments interactifs avec un code couleur. En mode non daltonien, c’est vert pour les objets de quête, blanc pour les objets basiques et jaune pour les trésors. Ces codes couleur sont appliqués partout : vision d’odin, carte du monde, indicateur en jeu et en mode « corbeau », quand vous voyez du ciel le terrain environnant.

D’ailleurs, si vous avez une vision diminuée, la vision d’Odin sera un indispensable. Abusez-en !! En effet, dans Valhalla les ennemis ne sont pas immédiatement identifiés. Alors certes il y a des tenues spécifiques au clan et on reperd assez bien les nôtres, en bleu, lors des batailles confuses. Mais en général, si vous n’utilisez pas la vision d’Odin, vous ne distinguerez pas un paysan de passage d’un ennemi tant qu’il ne vous aura pas repéré. Une fois repéré et en mode combat, l’ennemi est clairement identifié par sa barre de vie au dessus de lui.

Sur la carte du monde, en plus de pouvoir zoomer, une option du menu permet d’adapter la taille des icônes avec trois tailles disponibles. C’est une nouveauté me semble-t-il, un plus appréciable.

Pour terminer, un petit point sur les moyens d’alerte sonores. Vous entendrez crier les ennemis quand ils vous repèrent, mais avant cela, la musique d’ambiance vous aidera beaucoup. Il n’y a pas de musique d’ambiance dans les zones neutres, elle se fait menaçante quand vous entrez dans une zone hostile pour devenir épique en plein combat. Cela vous donne les trois états importants en terme de combat : en zone sûre, en zone hostile, en combat actif.

On notera aussi une option qui permet d’ajouter un son particulier quand il y a collision avec un obstacle. Cela aide au déplacement, mais on est encore loin du sonar.

Seul hic, mais qui peut être important, c’est l’utilisation de l’arc. Le viseur est assez petit, blanc, sans pouvoir en changer la couleur ou le contraste. Il n’est donc pas toujours visible, du moins sur l’arc de chasseur.

Assassin’s Creed Valhalla s’en sort donc assez bien sur l’aspect visuel. Mais entendons-nous bien, cela va aider un joueur avec une vision partielle. Le jeu est peu accessible pour un joueur aveugle.

Lecture intro

Et si j’ai une déficience cognitive ?

5 / 10

Assasin’s Creed Valhalla est un jeu de rôle aventure. On sait donc que ce style de jeu peut poser un sérieux problème pour les joueurs en situation de handicap intellectuel ou cognitif. Pourquoi ? D’abord parce que c’est un vaste univers 3D et qu’on s’y déplace avec les deux sticks : un pour la caméra et un pour le mouvement. On imagine toujours bien que ça soit un problème pour un joueur avec des difficultés motrices, mais c’est aussi souvent le cas pour un joueur avec des limites cognitives. Par exemple, Pascal n’arrive pas à coordonner les deux rien qu’en déplacement, alors imaginez en combat. Donc avant de vous lancer dans ce type de jeu, assurez-vous d’être à l’aise avec ce mode de contrôle. D’autant plus qu’il n’y a pas d’option pour coupler les sticks, c’est à dire contrôler caméra ET déplacement avec un seul stick.

Autre point bloquant, Assassin’s Creed Valhalla est très varié. Il y a de nombreuses choses à faire et la gestion de personnage est très poussée. Ces deux aspects demandent de l’organisation et une vision globale de la progression.

En effet, vous avez la possibilité de tout personnaliser : votre colonie, vos choix d’expérience, le type de matériel porté, les améliorations que vous allez mettre dessus. Il y a tant de possibilités et d’optimisations qu’on peut s’y perdre très vite. La solution ? Assassin’s Creed Valhalla vous aide de différentes façons.

Tout d’abord le choix de difficulté. Vous pouvez choisir un niveau de difficulté parmi 3 en combat, exploration et furtivité. Le combat rend les ennemis plus ou moins fragiles. L’exploration quant à elle change la quantité d’information en jeu. Enfin, la furtivité rend les ennemis plus sensibles à votre présence dans les camps. Ces choix vous permettent de mieux adapter le jeu à vos capacités. Cependant, on a essayé le jeu en mode facile dans les trois options et cela reste assez compliqué pour certains dans l’équipe.

L’évolution du personnage peut être très importante, c’est ce qui vous donne de nouvelles capacités très utiles et cela rend votre personnage plus fort. La présentation de l’arbre de compétence n’aide pas : il est très grand au point de ne pas tenir sur un seul écran et il représente un ciel étoilé pour l’esthétique… on y perd donc beaucoup en clarté. Heureusement, le jeu vous propose de vous « laisser porter par le destin ». Comprenez qu’il dépensera votre expérience automatiquement si vous appuyez sur la touche A (sur Xbox) en étant placé au centre.

Dans cet arbre de talents comme dans le matériel, les 3 grands axes de jeu ont le même code couleur. Le rouge représente le combat, le jaune l’assassinat et le bleu la furtivité et l’arc. Si vous respectez les couleurs, vous aurez donc un personnage spécialisé dans ce type de combat. Le plus simple dans le sens où il demande moins de visée et furtivité, c’est le bon vieux combat frontal avec le rouge !

Il reste beaucoup d’écrit, surtout dans les explications du jeu, mais Valhalla utilise tout de même beaucoup les icônes et couleurs qu’on retrouve partout pour se repérer sans lire. Par exemple, le vert, c’est l’histoire principale. En suivant les icônes verts on se dirige vers l’histoire principale. Les options du jeu présentent des possibilités de « narration de menu ». Ça nous aurait bien plus pour les non lecteurs. Mais allez savoir pourquoi, ces options sont grisées. En tout cas au moins sur Xbox puisque c’est sur cette machine que nous testons les jeux. Réservé au PC ? Dommage.

Attention, pas de mini carte pour se repérer et les icônes en jeu vous indiquent la route en ligne droite. Cela veut dire qu’il faut s’attendre à devoir faire des détours et à consulter la carte très souvent pour se repérer. Faute de tracé au sol ou sur une carte, même les joueurs les plus aguerris de la bande ont pu se retrouver coincés face à un obstacle. Ils hésitaient sur la route à prendre pour continuer dans la direction indiquée par la boussole en haut de l’écran.

Dans l’exemple ci dessus, si votre objectif (icône en vert) est bien au centre de la boussole, vous allez dans le bon sens et on vous indique même la distance restante. Mais si comme dans le second cas vous tournez le dos à l’objectif, Où aller ? La plupart de nos joueurs n’intègrent pas le système de repérage par la boussole, ce n’est pas assez clair, directif…en un seul mot « simple ».

Vous aurez plus de chance sur les déplacements longue distance. En effet, le bateau et le cheval peuvent être utilisés en « déplacement automatique ». Mieux, le trajet est affiché au sol. Il suit les routes vers votre objectif actuel. Donc, profitez-en autant que possible !

Si vous avez des difficultés de concentration, vous allez pouvoir régler assez finement les éléments qui s’affichent ou sont entendus. Eliminez tout ce qui vous gêne pour ne garder que l’essentiel, cela devrait vous aider.

Assassin’s Creed Valhalla reste donc assez difficile à maîtriser pour un joueur en situation de handicap intellectuel, mais c’est plus lié au style « jeu de rôle » qu’à ce titre en particulier qui donne tout de même quelques options utiles. Le vrai manque c’est la mini carte. Ca casse peut-être l’immersion, mais c’est essentiel sans GPS au sol pour ce type de joueur. C’était bien maîtrisé dans les anciens Assassin’s Creed, pourquoi ne pas laisser le choix entre boussole et carte ?

audio

Notre avis

Vu que c’est notre 4e article sur la série des Assassin’s Creed, on s’est dit que ce pourrait être intéressant de parler de son évolution jusqu’à Valhalla. En termes d’accessibilité bien sûr, nous vous laissons seul juge de l’évolution de l’histoire et de sa jouabilité en général.

Parmi les regrets, on peut noter la perte de la mini carte, des indications constantes en jeu et le menu très imagé en « tuiles » qu’on a eu jusqu’au Black Flag. On en parlait dans la dernière partie, ce sont des options qui aident beaucoup les joueurs non lecteurs.

Dans Origins, on voit apparaître le menu général utilisé avec le stick de la manette, comme si c’était une « souris ». Ca demande plus de manipulation et de visée, mais c’est utile aux joueurs PC… on a un avis partagé dans l’équipe. Le jeu ne proposait pas encore de réattribution des touches mais plusieurs profils pour adapter ses actions. C’est dans Origins qu’apparaissent les fonds sombres pour les sous-titres, un excellent point. Par contre, le jeu se veut plus immersif et donne la part belle à l’image. C’est au prix d’une épuration de l’interface avec une utilisation importante des couleurs claires, le blanc et le jaune.

Odyssey a vu apparaître le choix du sexe de votre personnage. Il a fallu attendre un patch après la sortie, mais c’est dans Odyssey qu’est apparu le remapping complet. Il était enfin possible de disposer les touches à sa convenance.

Avec l’apparition de la difficulté personnalisée, et le maintien des précédents ajouts comme le remapping, Valhalla fait un pas de plus dans l’accessibilité de la licence. Et ce n’est pas pour nous déplaire, d’ailleurs la note le montre. On était à 4,5 sur Origins, 5,25 sur Odyssey, 6,5 pour ce Valhalla… continuez comme ça !!

Review Scores

6.5
  • Moteur - 7
  • Visuel - 7
  • Auditif - 7
  • Cognitif - 5

Votre avis nous intéresse ! Quelles difficultés avez-vous rencontré avec ce jeu, ou d'autres ?